Le 15 mai 2018 se tiendra la soutenance de thèse de Monsieur Thomas HOARAU pour son doctorat en Physique de l’Atmosphère. Dirigée par Madame Christelle BARTHE, elle s'intitule " Couplage aérosols-microphysique pour la simulation des cyclones tropicaux : Cas du cyclone tropical Dumile (2013)".

Composition du jury :

  • Madame Christelle BARTHE, Chargée de Recherches, H.D.R., Université de La Réunion
  • Madame Evelyne RICHARD, Directrice de Recherches, Laboratoire d’aérologie – Toulouse
  • Monsieur Olivier BOUSQUET, Directeur de Recherches, Université de La Réunion
  • Monsieur Jean-Philippe DUVEL, Directeur de Recherches, Laboratoire de Météorologie Dynamique - Paris
  • Monsieur Cyrille FLAMANT, Directeur de Recherches, Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales - Paris
  • Monsieur Laurent MICHON, Professeur, Université de La Réunion


Résumé:

La prévision de l’intensité des cyclones tropicaux est aujourd’hui un enjeu scientifique majeur. Parmi de nombreux facteurs multi-échelle, l’impact de la microphysique nuageuse et des aérosols sur les variations d’intensité a été récemment mis en évidence. Cette problématique a motivé l’évaluation du schéma microphysique à 2-moments LIMA en milieu tropical et le développement d’un couplage avec le schéma d’aérosols ORILAM au sein du modèle atmosphérique Meso-NH. L’intérêt de ce développement numérique est d’inclure l’émission des aérosols marins en fonction des vents cycloniques et des paramètres océaniques. L’application de ce couplage aérosols-microphysique à la simulation du cyclone tropical Dumile (2013) montre que le modèle couplé tend à améliorer la représentation de l’intensité, mais aussi celle de la trajectoire, de la structure microphysique du cyclone tropical et des précipitations associées, en comparaison avec les observations. La production secondaire des cristaux de glace est également un thème de recherche actif en microphysique nuageuse. Ainsi, une paramétrisation du processus de rupture collisionnelle de la glace a été implémentée dans le schéma microphysique LIMA. L’impact de ce processus a été testé sur le développement d’un orage des moyennes latitudes et sur le cyclone tropical Dumile. Les deux cas d’étude ont des réponses similaires vis-à-vis de ce processus : une augmentation de la concentration et de la masse des cristaux de glace et une diminution des cumuls de précipitations. La poursuite de ces travaux pourrait permettre de déterminer si ce processus de formation secondaire peut améliorer la modélisation de la couverture cirriforme des cyclones tropicaux.



Mots-clés :

Cyclone tropical, microphysique nuageuse, aérosols marins, modélisation, prévision d'intensité