Ma thèse en 180 secondes

MT180 : La Réunion a désigné ses deux représentants pour la demi-finale nationale.

Vendredi 22 mars se déroulait la finale régionale du concours Ma thèse en 180 secondes sur le campus universitaire du Moufia. Onze doctorants ont participé à cette soirée, organisée par l’Université de La Réunion, et tenté de faire comprendre leur sujet de recherche au public présent dans la salle et sur les réseaux sociaux. Pari réussi pour tous et plus particulièrement pour Maximin Bonnet et Annabel Céleste qui s’envoleront début avril pour Paris pour la demi-finale nationale.

 

C’était la quatrième édition régionale de ce concours porté par les écoles doctorales et le pôle recherche de l’Université de La Réunion. Pour celle-ci, onze doctorants issus de six laboratoires de l’université et du CIRAD, se sont préparés activement pendant plusieurs semaines. Car résumer en trois minutes leur travail de trois ans, ça ne s’improvise pas ! Trouver l’idée qui accrochera le public, rédiger son texte, s’exercer à prendre la parole en public, gérer son stress sont diverses étapes par lesquelles sont passés nos onze candidats. Ce défi de vulgarisation s’est déroulé avec succès. Nous avons assisté à des présentations fluides, « en termes simples pour un auditoire profane et diversifié », peu ou pas d’hésitation et des diapositives explicites : l’objectif a été atteint.

 

Le temps passé à les écouter a filé tellement vite que voici déjà l’entracte. Pendant celui-ci, le public était invité à voter tandis que le jury devait s’accorder sur le nom de deux lauréats. Ce jury, présidé par Méthilde Sinama du cabinet F. Iniciativas, était également composé de Laurent Gaboriau, directeur de la Technopole, Johanna Martin, journaliste à RTL Réunion, Patrice Huet, directeur de la Cité du volcan et Jonhattan Vidal de la Direction des affaires culturelles. S’ils ont jugé que l’ensemble des prestations était qualitatif, ils ont néanmoins réussi à s’accorder assez rapidement et ont distingué Maximin Bonnet et Annabel Céleste.

 

Annabel Céleste est doctorante dans l’unité mixte de recherche Espace Dev qui réunit quatre universités (Guyane, Antilles, Montpellier, Réunion) et l’IRD. Basée à la plateforme SEAS-OI, elle y étudie les stratégies de territorialisation maritime et l’intégration régionale des îles françaises de l’océan Indien. S’imaginant interviewée sur France Inter, elle s’est posée en digne successeur de Bernard Guetta et telle le journaliste spécialisé en géo-politique a expliqué les enjeux que représentent pour la France La Réunion, Mayotte et les îles éparses. Elle a ainsi remporté le deuxième prix du jury.

 

Maximin Bonnet est doctorant au Centre d’économie et de management de l’océan Indien (CEMOI), laboratoire de l’Université de La Réunion, et consacre sa thèse à la filière bovine allaitante à La Réunion. Invoquant tour à tour Balavoine, Aznavour, Saint-Exupéry ou La Fontaine, il a su expliquer au public comment il cherchait les meilleurs scénarios pour en développer la production. Cela lui a valu le premier prix du jury. Il a doublé ce prix de celui du public qui l’a plébiscité.

 

Maximin et Annabel remportent 800€ par prix qu’ils pourront utiliser pour leur thèse ou leur insertion professionnelle. Ils participeront également à la demi-finale nationale où ils rivaliseront avec les 54 autres lauréats régionaux pour décrocher l’une des seize places en finale.

Découvrez nos candidats

Nos finalistes sont maintenant connus. Découvrez ci-dessous les 11 candidats parmi lesquels il vous faudra voter.