Ma thèse en 180 secondes

Organisée par la CPU et le CNRS en France, Ma thèse en 180 secondes est un concours international de vulgarisation destiné aux doctorants. Les candidats doivent exposer leurs recherches de manière simple en moins de trois minutes. La finale régionale, organisée par l’université de La Réunion, est l'occasion de faire découvrir la recherche réunionnaise à un large public. Deux des gagnants de cette finale représentent l’université de La Réunion lors de la demi-finale nationale à Paris. 

Au delà du concours, c’est une expérience formatrice et riche en émotions pour tous les candidats.

Vendredi 6 mars avait lieu la finale régionale du concours ma thèse en 180 secondes. C'est devant plus de 400 personnes que les dix doctorants finalistes ont fait l'exercice de décrire leurs recherches en trois minutes chrono.

Ils se sont préparés pendant un mois avec leur coach, Benoît Dubin, pour exposer leurs travaux de manière dynamique, concise et accessible.

Le jury était composé de Anne-Laure Morel (présidente et fondatrice de Troskal), Olivier Danguillaume (journaliste au Quotidien), Gaël Potin (directeur du muséum d'histoire naturelle), Norbert Naranin (compagnie Cirké Craké) et de Aline Peltier (directrice de l'Observatoire volcanologique du piton de la Fournaise).

Et c'est dans une ambiance chaleureuse orchestrée par Bruce Régent, le maitre de cérémonie, que les finalistes sont allés au-devant de la scène tour à tour :

  • Jade Christen (IRISSE)
  • Ophélie Lo-Thong (DSIMB)
  • Aroul Chanemougame (PIMENT)
  • Jonathan Turpin (PIMIT)
  • Hasina Rasoamanana (PVBMT)
  • Ali Jaafar (DéTROI)
  • Sophien Horri (LCF)
  • Maareva Payet (PIMENT)
  • Eloïse Checkouri (DéTROI)
  • Maxime Chaput (CIRAD, Recyclage et risque)

Après délibération, le premier prix du jury a été remporté par Hasina Rasoamanana qui effectue ses recherches sur une bactérie du sol attaquant les cultures à Madagascar et dans le sud-ouest de l'océan Indien. Le deuxième prix du jury et le prix du public ont été attribués à Eloïse Chekouri (qui remporte également le prix Ploceus, prix du jury étudiant), pour ses travaux sur les plantes médicinales endémiques de La Réunion traditionnellement utilisées pour prévenir l'apparition des maladies cardiovasculaires.

Félicitations aux gagnantes qui iront représenter l'université de La Réunion à Paris et aux autres candidats pour leur courage et leur détermination.

visionner les vidéos des candidats